Le secteur Hébergement

 

 

 

 

On aurait tendance à l'oublier : si le secteur "Travail" occupe les résidants de La Maisonnée chaque matin et chaque après-midi du lundi au vendredi, le secteur "Hébergement" les prend en charge chaque jour à partir de 16h30 jusqu'au lendemain à 8h30 ! Et il assure une permanence tous les week-ends, les jours fériés et certaines périodes de vacances.

 

L'hébergement aujourd'hui est un peu synonyme de "nouveau bâtiment", puisque c'est dans ces nouveaux espaces qu'après leur travail les pensionnaires regagnent leur "chez eux".

 

En deux mots, l'hébergement, comme le dit Pierre Craenhals, "c'est comme à la maison"!

 

 

C'est tout ce qui se passe, se fait, en dehors des heures de travail : on prend son déjeuner ou son souper (donc on fait sa vaisselle!), on gère ses affaires (donc on "fait" sa chambre!), on se distrait, on se détend, on regarde la TV, on joue, on fait du sport, on écrit ou on dessine, on fait ses emplettes, on sort, on s'aime, on dort..

 

Il revient au chef éducateur Vivien Cuvelier d'organiser ces espaces de temps qu'il faut meubler intelligemment.

 

La Maisonnée a toujours privilégié les contacts avec l'extérieur : outre les occupations en chambre ou les activités en commun, les pensionnaires sortent régulièrement. Pour faire du shopping, pour faire du sport; pour aller au cinéma, au bowling, à un club de danse ou pour participer à la vie associative de Ittre ou de Virginal.

 

Quant à la vie sentimentale, il faut bien la mettre en sourdine quand on est au travail; mais on est heureux de la laisser s'épanouir quand on revient le soir "chez soi" !

Les habitants de La Maisonnée, comme nous tous, en dehors des heures de "travail", s'occupent... et s'aiment.

La Maisonnée a été pionnière dans la reconnaissance et l'acceptation de la vie affective et sexuelle de leurs hébergés; plusieurs d'entre eux, par une cérémonie et un contrat, ont officiellement célébré leurs "accordailles" et vivent leur bonheur en couples heureux...

 

Cette vie heureuse, les personnes de la rue Toûne le doivent aussi chaque soir, chaque nuit parfois, chaque week-end sans retour, aux éducateurs du secteur hébergement, qui se relaient sans relâche, assurant une permanence 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

  

 

                                 

11 2013-10-laetizia-capello

vv   Laurent QuertinmontvvvvPatricia WilliotvvvvvvvCorine Verstraete

 

11 2013-10-gwenaelle-suppes

11 2013-10-vivien-cuvelier

Natacha DemarthevnnnvGwenaëllen Suppes vvvvvHervé PaduartvvvvvvvV Vivien Cuvelier

 

(et quelques autres... dont les photos ne nous sont pas parvenues.... )

  

 

 

 

 

 

 

 

 

(Retour à la page d'accueil) nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn(Retour en haut de page)